16 MAR. – PORTRAIT : PAMÉLA DE SA

IMG_1534

#PORTRAIT 

Rencontrée dans le cadre professionnel (évènement Sportif International organisé en France), aujourd’hui je vous présente l’interview de mon amie Paméla De Sa,  Chargée d’Affaires dans une Société du Groupe GL event, propriétaire d’un magnifique entier Lusitanien et passionnée de la belle équitation.

Paméla, peux-tu nous parler de ton parcours équestre? Comment et quand as-tu débuté l’équitation? 

Je n’ai pas un parcours très conventionnel, j’ai commencé l’équitation très tard vers 20 ans, je travaillais l’été pour pouvoir payer mon année d’équitation. Je me suis inscrite à la SEP (la société d’équitation de Paris). La première année j’avais cours le vendredi soir à 21h (il fallait être motivé quand même…!). J’ai fait 4 années à la SEP, puis je suis allée voir un spectacle qui réunissait les 4 écoles d’art équestre à Bercy et j’ai littéralement été subjuguée par la beauté des mouvements et la grace des chevaux.  Je prenais donc 2 cours par semaines, un à la SEP et l’autre le samedi matin, un cours individuel pour progresser plus rapidement. Puis pour vraiment progresser il m’a fallu avoir mon propre cheval.

La rencontre avec ton cheval, pourquoi l’avoir choisi lui?

Je voulais un lusitanien, un clin d’œil à mes origines, et je préférais le Dressage au Saut d’Obstacle. C’était un 14 février au Portugal…. Ça ne s’invente pas ! Il faisait très beau et ce qui m’a motivé c’est qu’il y avait tout à construire avec ce cheval. Il avait à peine 5 ans, il était gentil et déjà un peu nerveux. Zuim est un joli lusitanien, entier, né dans un petit élevage do Alentejo : Raul Telles Carvalho. Quand mes parents me l’ont offert je ne savais absolument pas ce que j’avais sous ma selle. C’est un cheval avec d’excellentes origines issues des prestigieuses lignées Andrade et Veiga, généralement utilisées pour la tauromachie, mais aussi dans l’école portugaise d’Art équestre. Le père de son Père, NOVILHEIRO MTV, cheval de l’élevage Manuel TAVARES VEIGA (confirmé avec 80.5 points) fut le lusitanien le plus primé en sport équestre. Il a été Champion de Grande-Bretagne sous la selle de John Whitaker et 12 ème au Championnat du monde CSO. Il se distingua également en dressage classique puisqu’il a obtenu des premiers prix en reprises de niveau  Saint Georges (tant en Grande-Bretagne qu’en France). Zuim est un cheval franc et docile, avec beaucoup de caractère, c’est un cheval extrêmement expressif.

Paméla, peux-tu nous parler plus en détails de ton « axe » de travail avec Zium aujourd’hui? Pourquoi avoir décidé de travailler ainsi?

Au début j’avais un axe de travail assez basique, ma profession m’a amené à me déplacer sur de longues périodes, je l’avais donc confié au responsable des écuries, à mon retour mon cheval m’a fait tomber et il était très nerveux, je me suis dit qu’il devait faire sa crise d’adolescence… Mais la crise a duré près de 4 ans, je ne reconnaissais plus mon cheval. Il était devenu incontrôlable et il avait peur de tout. J’ai décidé de faire une pause de le mettre au vert et de travailler à pied avec une comportementaliste Fanny BourgoinLa première fois qu’elle est venu elle a analysé les réactions de mon cheval et lors de son débrief je me reconnaissais absolument dans tout ce qu’elle disait sur mon cheval, ça en était déroutant. Nous avons travaillé presqu’une année ensemble, la communication avec mon cheval était rétablie. Je sais maintenant lorsqu’il veut jouer et lorsque quelque chose ne va pas et surtout comment agir. Aujourd’hui je monte mon cheval en licol, une vrai victoire !

Peux-tu nous parler de tes objectifs pour cette année et pour le long terme?

Mon objectif est d’avoir un cheval décontracté et qui comprend ce que je lui demande, créer une vraie complicité avec lui et de le sentir heureuxL’objectif de cette année sera de partir en ballade sans stressSur le long terme, qu’il donne enfin ses pieds au maréchal sans avoir de sédatif, je pense que j’ai un cheval un peu junky qui a besoin de sa dose toutes les 6 semaines ! J’adorerai qu’il vive dans mon jardin, mais autant dire qu’à Paris le rêve ne s’avère pas simple, mais je suis persuadée que j’y arriverai !

Belle et heureuse continuation à Paméla et Zuim et à tout bientôt pour une nouveau portrait !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s